mercredi 17 mars 2010

Tristesse... sans commentaire...ou presque..


Poisson débarqué à Roscoff récemment par des chalutiers pélagiques...
Expliquez moi, il y-a de moins en moins de poissons et on les jette à la poubelle au bénéfice d'une minorité d'individus...
Le ciel ne leur serait-il pas tombé sur la tête...

9 commentaires:

olivier a dit…

le monde est fou, totalement absurde, une gestion de l'envirronement, de la pêche, et de tout le reste qui est irréaliste !
OJ

Guillaume a dit…

Ça ne date pas d'hier, mais ça fait toujours aussi mal de voir ce cliché... qui dépasse l'entendement.
Disons nous bien qu'acheter en supermarché un bar (ou autre espèce) issu de cette pêche irréfléchie, c'est la cautionner et la faire perdurer.
GF

remi a dit…

J'avoue que c'est pathétique, continuons de communiquer sur le sujet et d'informer distributeurs et consommateurs sur ces absurdités, qui sait...

Pierre a dit…

Ca laisse sans voix... Ensuite on accusera le plaisancier de mettre la pérennité de la pêche en péril ?!!!
Ils n'ont donc pas de descendants ceux qui font ça ?
PB

Anonyme a dit…

c'est triste à en pleurer...mais que ce soit bien clair pour nous, c'est quand il n' y en aura presqe plus que les choses commenceront à faire du bruit et faudra attendre 10 ans de plus pour que des mesures soit prise, mais trop tard...j'ai un fils de 4 ans qui voudrait tant aller pêcher le bar avec moi...je crois que l'été prochain et pour le futur je vais le faire rêver de pêche à l'éperlan mais je serai très discret sur la bar puisque c'est un poisson qu'il risque fort de ne pas connaître... je pleure une 2è fois...

Anonyme a dit…

A voir ça, je suis écoeuré et révolté !
Je me demande aussi pourquoi l'information (article, reportage, affiches ou flyer) ne passe pas mieux auprès des consom-acteurs que nous sommes (par ex. mes parents ne savaient pas qu'il ne fallait pas acheter du bar en ce moment)

Anonyme a dit…

Quand l'homme aura abattu le dernier arbre, pollué la dernière rivière, et pêché le dernier poisson, il s'apercevra que l'argent n'est pas commestible...

Anonyme a dit…

Quant on sait que l'Ifremer, d'après ses "études" sur les populations de bar, ne voit aucun mal à pêcher au chalut sur les frayères, il ne faut pas s'en etonner. De plus, dès qu'un décret, ou un speudo quota est voté en faveur d'une pêche plus respectueuse, nos courageux pélagiques s'empressent d'aller brûler des pneus à Paris. Et le gouvernement baisse sont pantalon, de peur pour sa cote de popularité.Il ne faut surtout pas toucher, en ces temps de crise, à nos chèrs pêcheurs, représentatifs d'une minorité beuglante d'irresponsables.

Anonyme a dit…

Merci pour cette information interessante