mardi 15 février 2011

Fantasme et réalité


Fantasmes et réalités...
Messieurs
Vous trouverez , ci dessous les chiffres officiels des débarques et ventes en criée par port pour la semaine 6 en 2011 émis par l'Ofimer organisme officiel
Vous trouverez aussi un tableau très intéressant comparant les captures sur quatre semaines entre 2010 et 2011.
Au delà des quantités débarquées qui sont impressionnantes ces chiffres nous permettent de nous rapprocher de la réalité
En effet pour cette semaine 6
pour 185 tonnes débarquées 182 on été vendues à un prix moyen de 6 euros , et seulement trois tonnes ont bénéficié du prix de retrait .
Ces quantités sont considérables , mais loin de l'image communément répandu entre nous ou une grosse partie du poisson part en farine.
Car sur ces trois tonnes qui partent au retrait , elles seront souvent congelées sauf si le poisson est inconsommable.
http://www.ofimer.fr/99_up99load/2_actudoc/2093d1_01.pdf
Dans notre souci de défendre notre poisson favori, nous pouvons quelques fois tomber dans l'excès; or je pense que nous serons entendus et respectés que si nous nous basons sur des données sérieuses, pour autant ces chiffres ne représentent qu'une semaine, il en aurait peut-être été différent à un autre moment..

Le vrai problème, est la confiscation d'une grande partie de la ressource pendant trois mois au profit d'une minorité d'individus, en l'occurrence environ 200 pêcheurs professionnels
et cela au détriment des autres acteurs qui se partagent la ressource, ligneurs palangriers( environ 1000 marins) qui eux vont en vivre toute l'année et dont c'est souvent leur seule pêche et bien entendu, toute la pêche récréative
Un autre problème est la valorisation de cette pêche contrairement aux autres, en effet alors que la ressource diminue avec inquiétude , ce poisson n'est vendu qu'à un prix moyen de 5 euros au lieu de 18 €. Si ce poisson était exploité par la pêche artisanale, poisson de surcroît de bien meilleur qualité puisque pêché à l'hameçon..
Il est grand temps que les pouvoirs publics fassent des arbitrages qui puissent permettre de partager cette richesse par le plus grand nombre de personnes

Je ne parle pas de privilégier la pêche récréative, même si économiquement cela aurait un sens puisque le chiffre d'affaire généré par celle-ci est au minimum de 900 millions d'euros, à rapporter aux 45 millions d'euros générés par la vente du bar par les professionnels
et donc fait vivre un nombre d'acteurs économiques beaucoup plus important..Ex l'Irlande , les USA,

Je crois sincèrement, que nous pouvons tous profiter harmonieusement de cette ressource , pêcheurs professionnels et récréatifs
en encadrant nos pratiques :
pour nous pêcheurs récréatifs en fixant un quota permettant de diminuer notre impact et permettant aussi de contrôler plus facilement notre pêche.
et pour les professionnels en encadrant les pratiques et en favorisant la pêche artisanale.
Des données de plus en plus précises sont fournies par l'Ifremer, il ne reste plus que la volonté politique......
Et peut-être nos enfants connaîtront la joie de la pêche du bar...

2 commentaires:

jean-Christophe a dit…

c'est pas beau à voir.... On court à la cata tous ensemble.

Etienne a dit…

On ne parle de la débarque sauvage dans ce post ... Elle représenterait 90% des poissons pêchés selon certaines sources. Alors comment peut-on encore parler de quotas ?